QUAKERS

 

  « Les quakers, un mouvement religieux chrétien également appelé la Société des Amis, fut fondé en Angleterre au milieu du XVIIe siècle. Les premiers quakers furent souvent persécutés, condamnés à des amendes et emprisonnés pour infractions aux lois religieuses et civiles. Ils refusaient de participer aux églises officielles, de prêter serment, de payer la dîme ou de porter les armes. Ils insistaient pour organiser leur propre culte et, en dépit des interdictions, se livraient au prosélytisme. Leur nom provenait du « tremblement » (quaking, en anglais) parfois associé à une intense émotion religieuse. » ( Encyclopédie Multimédia de la Shoah ) « On danse, mange, pense, marche ou même s’habille à la manière hip-hop Alors souvent je me dis, patience le hip-hop sera bientôt une religion Il suffit simplement d’attendre que quelqu’un tue en son nom » ( Le Klub des Loosers « Dead Hip-Hop » ) Fuzati, du Klub des Loosers, en bon amateur de HipHop boom bap bien crade, a du recevoir l’illumination du Saint Esprit après avoir entendu parler pour la première fois des Quakers. Derrière ce nom d’emprunt, se cache, non pas des nonnes qui fument du crack mais 3 producteurs de renom : Fuzzface, 7-Stu-7 and Katalyst ( Fuzzface n’étant seulement que Geoff Barrow de Portishead, excusez du peu ). A travers leurs carrières, ces 3 producteurs ont choisi de mettre leurs talents au service du TripHop, mais en tant qu’amoureux de AchipéAchopé, ils n’ont pas su résister à la tentation de produire un album censé faire trembler les sacro-saintes fondations du HipHop. Et bien leur en a pris. Pour mener à bien cette campagne, les Quakers ont réussi l’exploit de convertir 35 rappeurs pour le bien de leur cause. 35 rappeurs qui viennent tous du milieu sombre du HipHop, L’ Heundergraound pour les intimes. Pour cette croisade, la légion a recruté des rappeurs en devenir ( Jonwayne, Dave Dub, Lyric Jones ) des légendes du Golden Age ( Prince Po, The Pharcyde, Smif N Wessun ) ainsi que des pointures ( Dead Prez, Guilty Simpson,  Aloe Blacc ). Quand on sait que l’opération est financée par Stones Throw, l’institution responsable de nombreuses tatanes dans la gueule tel que Dudley Perkins, J-Dilla, Madlib ou Percee P, on ne peut que se dire que la mission est réussie à tout point de vue et risque de se ranger dans les Tip-Tops de l’année 2012 comme une bonne action religieuse qui risque de faire des adeptes. En attendant un nouveau prophète…   Dead Hiphop ?

Partager
Categorized: CHRONIQUES , Hip Hop
Tagged: , , , ,

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply