OCHRE – Napolese

ochre

 

On a, pour beaucoup, souvent rêvé d’habiter les forêts mais nous vivons en ville. L’espace nous manque, les odeurs de nature morte et sauvage qui donne à l’air ce parfum vagabond. Le vent y est plus libre que nous le sommes dans ces citées urbaines, et les insectes frétillants que nous connaissons se séparent doucement de leurs carapaces morbides pour arborer des robes chatoyantes.

Les cordes, pincées, réveillent en musique les paysages de rêve que nous avons entretenus dans nos mémoires, subliment les lumières que nous pensions avoir oubliées. Bientôt la harpe s’y mêle et étend ses notes entre les plantes depuis le haut du ciel, tels les rayons lumineux et l’humidité transpercent les branchages à la fin de l’hiver, jusqu’à la terre pour la nourrir.

Cette musique qui se répand nous la connaissons depuis toujours… Dans nos rêves profonds, la nature nous libère en douceur de nos enceintes de béton armé et nous flanque de toute sa poésie, sa beauté. Ses richesses elle les livre et nous enivre de lumière, fait frissonner notre échine jusqu’à l’esprit.

Ochre nous le promet, la poésie s’invitera dans nos songes dès les premières minutes. Il suffit de prendre la passerelle que la musique construit entre le matériel et le vivant, et donne de la douceur à l’acier. Ce voyage le temps d’un album au plus, et nous redevenons ce que nous sommes de plus organique.

Ochre est le fruit de Christopher Leary, un génie originaire de Manchester qui affectionne la ville de son enfance pour lui avoir enseigné la musique. Ses albums Like dust of the balance et Lemodie, les plus récents à ce jour, sont une finesse irrésistible et savoureuse pour l’oreille, une magie pour l’esprit.

Nous écoutons Ochre – Napolese, par Christopher Leary.

Nous vivons fragiles dans une ville sauvage.

Nous peuplons un monde électronique et bionique

 

 

Like dust of the balance et Lemodie, ses deux derniers albums en écoute ici :

 

Partager
Categorized: CHRONIQUES , Electronic , Expérimental , Psychedelic

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply