DIGGING THE BLOGOSPHERE//WORLDWIDE FAMILY VARIOUS ARTISTS

 

        Un album ça reste pour moi un truc très spécial, c’est comme une histoire qui s’étend tout le long, c’est riche, plein de péripéties et on en sort toujours un peu changé au final. L’époque des vinyls et des cassettes était d’ailleurs très bien pour cela, les deux faces se répondaient, et les artistes jouaient de cette contrainte en laissant souvent une surprise pour les curieux et musicophiles qui écoutaient l’oeuvre dans son intégralité. Akhenaton le chanta dans une de ses chansons et les Pink Floyd en usèrent dans nombre de leurs productions (serait-ce cela au final la face cachée de la lune ?)

         Voilà, tout ça est bien joli mais alors pourquoi parler de compiles ici ? Simplement car ce sont des compiles riches en péripéties et en voyages. Des compiles qui ont pour ambition d’être des entités à part entière, une âme qui se rapproche de l’idée que je me fais d’un album. Leur particularité est d’être toutes deux faites par des grands noms du crate-digging (crate-digging : n.m, anglicisme; littéralement : creuser dans les caisses; processus par lequel un mélomane retourne les bacs à disque dans le but de trouver la perle rare). Elle sont à l’image de ce nouveau monde où les home-studio poussent comme des betteraves en hiver. Au programme des beats futuristes,  du hip-hop-sans-bling-bling, de la soul intime, et de la pop, pas du populisme. Voilà en fin de compte l’histoire que l’on était venu chercher, celle-ci à plein de facettes et ne gagne pas à rester dans le noir…

 

Celle-ci est compilée sur le petit label (Brownswood Recordings) du grand Gilles peterson

 

 

Cette autre est parue il y a peu sur le label Heavenly Sweetness (écurie du Blundetto)

 

 

 

Partager
Categorized: CHRONIQUES

This Post Has 1 Comment

Leave A Reply